Home » Classification » Forced » Vengeance d’une mère

clipper-banner
Our Reader Score
[Total: 0    Average: 0/5]

Etre la fille d´une coiffeuse n´a pas toujours été facile. Ma sœur jumelle et moi n´avions pas toujours l´occasion d´échapper aux coups de ciseaux.

Cependant, après l´ouverture de son deuxième salon, maman ne semblait plus avoir le temps ni l´énergie d´ affronter deux adolescentes en pleine recherche de leurs identités…

Sasha, portait les cheveux jours et nuits attachés avec un élastique, que l´on pouvait à peine distinguer leurs couleurs (châtains clairs) et la longueur. Sa frange un peu coiffée sur le côté lui cachait constamment son œil gauche, qu´elle contrairement à moi dégageait souvent en présence de maman.

Moi (Emma), j´ai les cheveux longs, blonds et raides, avec une longue frange que j´adore avoir dans les yeux. Enfin, j´avais…

Il y a quelques mois, notre petit monde bien tranquille bascula, maman m´avait regardé bizarrement au petit déjeuner mais je n´y avais pas prêter plus attention, car surmenée depuis quelques semaines, sa mauvaise humeur ne m´étonnait plus.

Le soir en rentrant de mes cours d´escrime, je trouva la porte de l´appartement fermé à clé, ce qui m´obligea de passer par le salon pour y accéder. Maman était debout derrière le comptoir d´accueil, et Nathalie sa jeune ouvrière terminait le brushing de ce qui semblait être la dernière cliente de la journée.

Maman la porte est fermée à clé avais-je crié en passant la porte

Bonjour à toi aussi Emma, je voulais que tu passes par ici…

Pourquoi ? Suis fatiguée, j´ai envie de me relaxer et j´ai très faim !

Et moi j´ai envie de te couper les cheveux avait répondu ma mère sur un ton décidé.

Quoi ? Pas question !

Je n´avais jamais vu ma mère aussi fâchée, elle me poussa vers le vieux fauteuil de barbier qu´elle avait ramené de son dernier voyage au Mexique.

Tu peux y aller Nathalie dit ma mère à son ouvrière qui venait d´aider la

cliente à remettre son manteau et encaisser

Bien sûr Madame !

Maman me laisse stupéfaite, accompagne Nathalie à la porte et affiche l´affiche «fermé ». A ce moment là je repris contrôle de mes actions et me dirigea vers l´accès à l´appartement.

Emma Louise, assis cria ma mère

Maman le temps de la terreur parentale est passée…

Fais attention, le temps des claques pourrait revenir.

Je savais que la menace était sérieuse, ses grands yeux verts ne mentaient jamais…

Pour la dernière fois Emma, assis !

Elle me prit le bras et me força à prendre place dans le fauteuil de barbier

Arrêtes maman, tu me fais mal avais-je dis courageuse

Toi aussi avait-elle répondu en faisant claqué la cape dans les airs

A ce moment là, j´avais compris que le droit de contester m´étais déconseillé, il me restait plus qu´une chose, espérer qu´elle se contente d´un « trim » comme elle disait depuis son séminaire aux Etats-Unis. Avec des gestes brusques (inhabituels pour maman), elle m´accrocha la cape autour du cou, humidifia mes cheveux avant de les démêler.

– A présent, ne bouges plus !

Le bruit des ciseaux résonna dans mes oreilles, avec des petits coups précis et déterminés, elle raccourcit ma longue chevelure de 30 cm, un carré prit forme et sans dire un mot, l´effila dans le bas. Je crois me rappeler que c´est à partir de ce moment là que je ne pût retenir mes larmes. Maman terminait toujours avec la frange, pour cela elle tourna le fauteuil afin de lui faire face.

Coiffée vers l´avant, ma frange arrivait en dessous des yeux. Ma mère prit mon visage entre ses doigts et m´obligea à la regarder, ma figure était mouillée de larmes, à travers mes cheveux je me rappelle que mon regard cherchait le sien.

Je sentis la lame froide de ses ciseaux plus hauts que la moitié de mon front.

Pardon maman ais-je tout simplement dit

Fermes les yeux avait-elle répondu sans attendre

Snik, snik, snik…elle descendu les ciseaux et coupa ma frange 1 cm au-dessus des sourcils. Encore trop court à mes yeux mais depuis cette époque la longueur conseillée par maman afin d´éviter le conflit !

Sasha passa la porte et comprit de suite après quelques secondes d´observations.

Bonsoir vous deux, faim ? dit-elle en déposant les sachets sur le comptoir

Maman donnait justement les derniers coups de ciseaux rectificateurs et lui dit sur un ton serein

Bonsoir Sasha, tu tombes bien, tu es la suivante !

…

Tu as perdu la parole Sasha Marie ?

Non maman, tu as raison c´est nécessaire…

Plus que nécessaire ma fille, je te fais un brushing Emma ?

Pas besoin maman.

Elle remit le fauteuil dans sa position normal et je pu voir pour la première fois le résultat final. Elle m´avait coupé un carré, dégradé dans le bas avec une frange effilée.

Prochaine fois que vous me poussé à une action comme celle-ci, j´utiliserai la tondeuse, est ce que je me suis bien fais comprendre ?

Oui avons-nous répondu sans hésiter

Entendu, mangeons d´abord, j´ai besoin d´énergie pour attaquer miss tête à poux… !

Ce fut la naissance d´un rituel, depuis ce jour, Sasha et moi amenons mensuellement le souper à la fermeture du salon. La soirée se termine toujours sur le fauteuil de barbier et le choix de la coupe est généralement le notre, enfin presque… mais cela est une autre histoire

Leave a Reply

clipper-banner